Accueil > Actus TPE > "Un bon accueil dans les boutiques"

11 janvier 2017

"Un bon accueil dans les boutiques"

A Paris, l’UL du 17e arrondissement a mené une campagne tambour battant depuis le 18 octobre. Collage et tractage bien sûr, mais aussi un barnum où les salariés peuvent s’informer et voter. Et une présence dans les boutiques du quartier où l’accueil fait aux militants CGT est encourageant pour la suite.

21e journée de campagne depuis le 18 octobre ! « Aujourd’hui, les gens qui passent devant le stand me reconnaissent et me disent bonjour », sourit Laurent Michaut, secrétaire général de l’UL Paris 17e. Les métros Terne, Rome, Guy Moquet, la place Tristan Bernard, la Porte de Clichy… Le 17e arrondissement de Paris a été proprement arrosé et quadrillé depuis que l’union locale a déployé son barnum, a raison de deux initiatives par semaines. « Grâce à tout notre matériel– stand, kakemono, camionnette – nous sommes bien visibles. Mais surtout, on s’est organisés pour pouvoir permettre aux gens de voter par correspondance sur le stand. Et on a fait des votes ! »

Une présence qui s’est renforcée d’actions en direction des salariés des boutiques, notamment sur l’avenue de Saint-Ouen et la rue Legendre. Et des militants CGT qui entrent dans une boulangerie pour discuter, ça se passe comment ? « Bien, très bien. On avait un peu peur tout au début de la campagne, mais finalement l’accueil a été très bon. Même dans des commerces où seul l’employeur travaille. Comme on arrive avec le sourire et surtout du matériel concret (le Guide des apprentis par exemple), les gens voient que l’on a des propositions précises pour eux. » La matériel concernant les assistantes maternelles donné par la fédé du commerce aide beaucoup : « On peut aborder ces salariées plus facilement ».

Un bon accueil qui se double souvent d’un « Tiens, puisque vous êtes là, j’ai une question à propos de mes congés… ». Les conseils et les informations échangés à cette occasion font dire à Laurent Michaut qu’il faut rester au contact toute l’année. « Ces discussions sont très encourageantes. Cela nous montre qu’il faut rester sur le terrain, même en dehors des campagnes des élections. On est capables de toucher ces salariés et de leur montrer qu’on est proches de leur métier, de leurs conditions de travail ».

En attendant, l’UL du 17e fourbit son barnum pour sa dernière journée de campagne, jeudi 12 janvier Porte de Clichy de 6h30 à 9h et Place des Ternes de 11h30 à 13h. « On n’en peut plus, mais on va jusqu’au bout, grâce à une poignée de camarades présents depuis le début. Ça en vaut la peine ».

Photos : UL Paris 17 sauf mention contraire